AccueilL’Algérie, du transfert de technologie à l’économie du savoir et de l’innovation

L’Algérie, du transfert de technologie à l’économie du savoir et de l’innovation : trajectoire et perspectives

Abdelkader DJEFLAT

 

Résumé

Les choix opérés par l’Algérie dans sa quête pour le développement ont formellement donné la priorité au secteur industriel comme secteur moteur de l’économie dès les années soixante. Cependant, les doctrines mobilisées ne semblent avoir donné que très peu d’imeportance au progrès technique qui a souffert de perceptions statiques de manière souvent implicite résultant d’une vision néoclassique standard. Les flux massifs de biens d’équipement que le modèle choisi imeposait étaient perçus comme véhicule privilégié d’acquisition et de transfert de technologie avec l’idée sous-jacente du « rattrapage » technologique durant pratiquement les quatre dernières décennies. Les nouvelles théories de la croissance endogène consacrent la recherche et le capital humain comme facteurs centraux de la croissance, Plus tard la vision évolutionniste déclasse le marché comme seul moteur de changement technologique et met l’innovation par le biais de l’approche systémique au coeur du processus. Ce tournant majeur n’est cependant ni repéré ni analysé correctement par la sphère académique et l’entreprise, ni négocié correctement par la sphère de la décision publique. Ce papier montrera comment le retard subi en dépit des capacités phénoménales déployées est lié à la dominance de cette vision dans les milieux décisionnels.

 

CREAD © 2014-2017. Tous droits réservés.