Accueilconférece khelif-la chute des prix pétroliers

1742 vue(s)

la chute des prix pétroliers : essai d’explication

Amor KHELIF
Professeur d’économie
Directeur de recherche associé, CREAD

 

conference khelifLa chute récente des prix pétroliers n’a pas fini de susciter les tentatives d’explication, tout en semant le doute dans l’esprit des responsables de la politique énergétique, tant dans les pays exportateurs que dans les pays imiportateurs.

Pour les pays exportateurs de l’OPEP, ainsi que pour les pays exportateurs qui n’en sont pas membre (Russie, Mexique, Norvège,…) ; plus les prix baissent, plus leur situation économique et financière se dégrade et il est crainte, si la crise dure, qu’ils seront poussés, à l’instar des crises pétrolières précédentes, à chercher à augmenter leur part d’un marché international qui croit faiblement, ce qui à son tour, est de nature à accélérer la tendance des prix à la baisse.

Pour les pays imiportateurs, la baisse incontrôlée des prix ne manquera pas d’exercer, à moyen/long terme, un effet gravement perturbateur sur l’ensemble de leurs politiques énergétiques fondées principalement sur l’hypothèse d’un accroissement continu des prix pétroliers, en termes réels, pour assurer la transition de leurs systèmes énergétiques et la promotion de nouvelles sources d’énergie, très couteuses.

Face à de telles perspectives, il nous semble opportun de s’interroger sur l’évolution future des prix pétroliers, et tenter, au moins, de cerner « les tendances lourdes » de cette évolution.

Sans prétendre prédire, d’une manière catégorique, l’évolution de ces prix (qui, à vrai dire, pourrait le faire ?) , l’explication que nous proposons au terme de cette communication reposera sur notre analyse des stratégies des acteurs principaux qui influencent cette évolution ( Arabie saoudite, grands groupes pétroliers, état américain) et identifie ses conséquences probables sur le secteur des hydrocarbures en Algérie.

CREAD © 2014-2017. Tous droits réservés.